Réabonnement : top départ !

Ahmed Kashi : "J'ai beaucoup appris à Metz"

La rencontre entre l'ESTAC et le FC Metz n'est pas juste un choc entre les deux équipes reléguées de Ligue 1. C'est aussi les retrouvailles d'Ahmed Kashi avec le club à la Croix de Lorraine. Désormais sous contrat à Troyes, le milieu de terrain s'est confié avant d'affronter les Grenats. 

Partager cet article :

Ahmed Kashi, vous avez tout connu au FC Metz puisque vous êtes passé du National à la Ligue 1 en trois saisons. Que retenez-vous de ce passage en Moselle ?

"J'en garde que du positif ! J'ai passé que des bons moments à Metz. Durant ces trois saisons, on a conservé quasiment le même groupe et on ne faisait que de gagner, cela se passait donc très bien ! Mais ce n'était pas le fruit du hasard, on a beaucoup travaillé pour en arriver là. Je me souviens aussi que les supporters étaient toujours derrière nous et toujours derrière moi et ça, ce n'est pas quelque chose que l'on voit dans tous les clubs en France."

Vos trois années en Moselle vous ont donc marquées ?

"Oui clairement ! Pour le moment, ce sont mes trois plus belles années dans le football. J'ai le souvenir de certains chants de supporters comme ce fameux "FC Metz" chanté par les deux tribunes derrière les buts. C'était vraiment impressionnant. Je m'entendais également très bien avec les membres du personnel administratif, que cela soit le président Bernard Serin, Philippe (Gaillot), René (Franceschetti) et le personnel de la communication."

Votre passage au FC Metz vous a également ouvert les portes de la sélection algérienne..

"Effectivement, le club m'a ouvert beaucoup de portes ! J'ai connu la Ligue 1 et la sélection nationale grâce au FC Metz. J'ai grandi et j'ai beaucoup appris en Moselle."

"Je ne regrette rien"

À l'été 2015, vous avez décidé de donner un nouvel élan à votre carrière avec un départ à Charlton, en Angleterre. Comment ce sont passées vos trois années dans le Nord de l'Europe ?

"C'était dans la continuité de ce que j'ai vécu à Metz. Il y a un énorme engouement derrière l'équipe là-bas. Le stade, les supporters, c'est vraiment quelque chose ! J'ai bien débuté mais ensuite, j'ai été blessé durant presque deux ans. À la base, je ne voulais pas partir de Metz, mais je ne regrette vraiment rien puisque j'étais très épanouï en Angleterre. Au final, c'était une très bonne expérience. J'ai passé un nouveau cap et j'ai beaucoup progressé, notamment sous les ordres de Guy Luzon."

Quels changements y avez-vous remarqué avec le championnat français ?

"La principale différence se situe au niveau de l'intensité. En Angleterre, cela va d'un but à l'autre, les rencontres sont souvent folles. En France, les matches se jouent plus au niveau de la tactique."

Trois ans après votre départ de Metz, vous revoilà en France, à Troyes cette fois. Pourquoi avoir décidé de retrouver l'Hexagone ?

"C'est avant tout un choix familial. Mes deux enfants sont en âge de rentrer à l'école et je voulais me rapprocher de ma famille. Elle vit sur Paris et ce n'est pas très loin de Troyes. À Metz, mon père avait l'habitude de venir me voir jouer, c'était un peu plus compliqué en Angleterre. Il peut à nouveau venir à Troyes et c'est un bonheur pour lui ! Troyes est un club qui ressemble beaucoup au FC Metz, j'ai rapidement été intégré et je suis entouré de très bonnes personnes."

"Titiller le haut de tableau"

L'ESTAC compte trois points après quatre journées. Comment expliquez-vous ce début de saison en demi-teinte ?

"Il est vrai que l'on a pas réalisé le début de saison que l'on espérait. Cela peut s'expliquer par les arrivées tardive et aussi car le coach a une nouvelle philosophie. Cela prend donc du temps pour que l'ensemble du groupe comprenne et assimile celle-ci. Mais je reste persuadé que l'on est une bonne équipe avec de très bons joueurs. On va essayer de revenir pour aller titiller les équipes du haut de tableau. Pour le moment, on continue à s'améliorer chaque week-end."

Justement, l'objectif est-il de retrouver la Ligue 1 ?

"Le club ne nous a pas mis la pression à ce sujet. En revanche, lorsqu'on est joueur, on a toujours envie de jouer les premières places. Evidemment, on a envie de monter, on va donc essayer de faire les choses bien."

C'est la première fois que vous affrontez le FC Metz depuis votre départ. Vous allez donc retrouvez des visages connus ?

"Il y a eu pas mal de changements depuis mon départ mais je vais quand même retrouver des anciens coéquipiers comme Jonathan Rivierez ou Habib Diallo. Dans le staff, je suis également resté en contact avec Jacques Muller et Christophe Marichez, et j'ai d'ailleurs échangé quelques textos avec eux dans la semaine. Cela me fera plaisir de les revoir, mais aujourd'hui, je suis de l'autre coté et je ne leur ferai pas de cadeau (rires)."

A lire également

06aoû2020

Album photos

La séance du jour en images
Lire la suite

Web TV

Messin depuis l’été 2018, Habib Maïga continue l’aventure avec le FC Metz ! Le milieu de terrain de 24 ans vient de prolonger son bail de deux...
Lire la suite