Découvrez les tenues de sortie !

Le point du Président Bernard Serin

Au lendemain de la clôture du marché des transferts estival, le Président du Football Club de Metz a tenu à s’exprimer devant la presse ce mardi en fin d’après-midi. Bernard Serin est notamment revenu sur le début de calendrier du club mosellan, le mercato estival ainsi que le développement de la formation messine. 

Partager cet article :

Président Serin, le marché des transferts s’est terminé hier soir. Celui-ci a-t-il été conforme à vos attentes ? 

B.S. : « Cette période fut très particulière. Le marché a en effet pris fin ce 5 octobre au soir, soit plus d’un mois qu’habituellement. Il s’est construit en deux phases : une première en juin exclusivement entre clubs français, suivie d’un arrêt et d’une reprise en harmonie avec les autres championnats. Durant la première phase, nous nous sommes mis d’accord très tôt avec Kevin N’Doram pour un transfert définitif. Il a été un élément important de notre maintien la saison précédente et il était important de l’engager pour une longue durée. Il y a eu également la levée de l’option d’achat concernant Thierry Ambrose et la signature de Vagner qui a brillé lors des deux dernières saisons. Marc-Aurèle Caillard, Boubakar Kouyaté et Warren Tchimbembé sont aussi venus renforcer le Club. Le montant total de ces arrivées s’élève à environ 14 millions d’euros ». 

Sur le plan des départs, la fin du mercato s’est-elle déroulée comme vous l’aviez espéré ? 

B.S. : « Laurent Jans a rejoint le Standard de Liège, au sein d’un championnat qu’il connaît bien, puisqu’il a brillé durant trois saisons à Waasland-Beveren. Il pourra ainsi trouver du temps de jeu. Je lui souhaite bonne chance, car Laurent possède une personnalité attachante. Vincent Thill a rejoint le Deportivo Nacional, au Portugal. Il dispose d’un certain talent qu’il n’a malheureusement pas su exprimer ici. Nous cherchons encore une solution pour Geronimo Poblete et Adama Traoré, car certains marchés sont toujours ouverts. Enfin, nous nous étions engagés avec Habib Diallo afin de le transférer durant ce mercato. Il sortait de deux saisons particulièrement réussies : la première conclue avec 26 buts en Ligue 2, et la seconde avec 12 buts en Ligue 1. On a pu voir tout le potentiel d’Habib durant ces deux exercices. Sa valeur le destinait d’ailleurs plutôt au championnat anglais ».

Quelles ont été les difficultés rencontrées dans le transfert d’Habib Diallo ? 

B.S. : « Le mercato britannique, qui est en temps normal le détonateur du mercato européen, s’est montré très calme cet été, en raison des conséquences économiques du COVID-19. Les clubs anglais perdent des montants énormes sur chaque match, car les rencontres se déroulent à huis-clos. Ces recettes, qui s’élèvent parfois à 80 millions d’euros sur une année, n’existent pas cette saison. C’est un constat. Ils craignent également une deuxième vague de Covid-19, qui provoquerait l’interruption des compétitions et le non-versement des droits de télévision. C’est pourquoi, contrairement à ce qui se passe habituellement, ces formations anglaises se sont montrées timides et n’ont pas amorcé le mercato européen. 

De clubs anglais, nous n’avons reçu concernant Habib Diallo que de vagues propositions de prêt, mais nous n’avons reçu aucune offre de transfert. Nous n’avons reçu aucune proposition d’un club allemand ni d’ailleurs d’un club d’un autre championnat. Finalement, deux jours avant la fin du mercato, c’est d’un club français qu’est venue la seule offre que nous avons reçue. Le Racing Club de Strasbourg a choisi de faire un effort exceptionnel pour recruter Habib Diallo. Après avoir dépensé 14 millions pour les arrivées de joueurs, il nous fallait des recettes sur les transferts. C’était essentiel pour l’équilibre financier du Club ». 

Aurait-il été possible de conserver Habib Diallo ?

B.S. : « Nous évoluons depuis deux ans dans un système de jeu en 4-3-3. C’est un dispositif autour duquel nous bâtissons notre effectif, et que l’équipe travaille toute la semaine. On l’a vu, il est parfois possible d’évoluer en 4-2-3-1 ou en système hybride mais à titre exceptionnel. En tous les cas, notre système ne nous permet pas de jouer en alignant deux attaquants. Or, dans notre effectif, nous avions Habib Diallo, qui a un certain statut, et Ibrahima Niane, qui a un fort potentiel. Les conserver tous les deux, c’était condamner l’un ou l’autre à être sur le banc la plupart du temps. Dans le cadre de notre projet de club, nous devons ouvrir la voie aux joueurs que nous formons, que ce soit à Metz ou à Dakar. Ibrahima Niane dispute actuellement sa quatrième saison en grenat. Le moment était donc approprié de transférer Habib Diallo, qui, de par son statut, mérite de jouer, et c’était aussi le moment d’accorder toute notre confiance à Ibrahima Niane. C’est un diamant brut qu’il faudra polir. Il pourra continuer à progresser, et nous aider à gagner des matches. »  

Le club a-t-il exercé une quelconque pression sur Habib Diallo pour qu’il signe à Strasbourg ? 

B.S. : « Bien évidemment, absolument aucune. Entre le moment où nous avons eu connaissance d’une offre de Strasbourg et sa signature au Racing, aucune personne du FC Metz n’a eu Habib au téléphone pour lui dire quoi que ce soit. Nous avons laissé les négociations se dérouler comme elles doivent se dérouler, entre les clubs d’une part et entre le joueur et le club acheteur d’autre part ».

Sept joueurs messins ont été prêtés au RFC Seraing, club satellite du FC Metz. Êtes-vous satisfait de cette opération ? 

B.S. : « Aujourd’hui, le RFC Seraing se trouve au niveau que nous désirions, c’est-à-dire la seconde division belge. Les choses se passent plutôt bien ! L’équipe est première de son championnat, en partie grâce aux joueurs que nous avons prêtés. Georges Mikautadze est le meilleur buteur de la division, avec 12 buts inscrits en 6 matches. Cela démontre toute la qualité des jeunes joueurs issus de notre formation ! ». 

Après six rencontres de Ligue 1 Uber Eats disputées, quel regard portez-vous sur le début de saison du FC Metz ? 

B.S. : « Le début de calendrier était relevé. Il y a d’abord eu l’AS Monaco, le LOSC, le PSG puis le Stade de Reims et l’Olympique de Marseille. On aurait pu mieux faire sur le plan comptable, puisque nous avons perdu des points dans les dernières minutes de certaines de ces rencontres. Toutefois sur le contenu, il y a de quoi être satisfait. Nous avons parfois eu des regrets quant à l’issue des matches, mais les rencontres à domicile face au Stade de Reims et le FC Lorient notamment ont montré que nous avons une équipe solide, bien organisée et avec du talent. Ce début de saison prouve que nous avons eu raison de faire confiance à Ibrahima Niane ; et d’ailleurs il nous la rend bien, car il a déjà marqué six buts en six matches ».

A lire également

28nov2020

Boutique

Fermée en raison des mesures gouvernementales, la Boutique Officielle située sur le parvis de la Tribune Nord du Stade Saint-Symphorien rouvrira ses...
Lire la suite

26nov2020

Boutique

Fermée en raison des mesures gouvernementales, la Boutique Officielle située sur le parvis de la Tribune Nord du Stade Saint-Symphorien rouvrira ses...
Lire la suite

Web TV

26/11/2020 Le chantier du virage Ouest en images Toutes les vidéos
Lire la suite