Metz - Grenoble, réservez vos places !

Que c'est cruel...

Si les matches de football durent plus de quatre-vingt-dix minutes, les Grenats en ont bien eu la preuve. Alors que jusqu'à la dernière seconde les Messins menaient au score, un but de Loïc Perrin à la toute fin de rencontre transformait les trois points de la victoire en un unique point du match nul (2-2)

Partager cet article :

Après avoir enchaîné leur huitième rencontre sans le moindre revers à domicile, les Grenats se déplaçaient ce dimanche au Stade Geoffroy-Guichard pour affronter l’AS Saint-Etienne, à l'occasion de la 29ème journée de Ligue 1. Si les précédentes défaites à l’extérieur sont lourdes, ce match dans le Forez se devait d'être entamé d’une toute autre manière par les Lorrains.

Pour cela, Philippe Hinschberger alignait le même onze de départ que celui qui avait commencé la semaine dernière face au Stade Rennais, à la seule différence que Georges Mandjeck prenait la place de Fallou Diagne, suspendu pour l’occasion.

Et le match ne pouvait pas mieux commencer pour les joueurs à la Croix de Lorraine. Sur une récupération du ballon, Ismaïla Sarr repiquait dans l’axe et décochait une frappe puissante bien placée qui laissait Stéphane Ruffier de marbre (0-1, 2°). Bousuclés d'entrée de jeu, les Stéphanois répondaient timidement. Les tentatives de Robert Béric n’inquiétaient aucunement Thomas Didillon (3°, 5°).

Trop brouillons techniquement, les Verts n’arrivaient pas à créer offensivement et se reposait beaucoup sur les mouvements individuels de Kévin Monnet-Paquet et de Romain Hamouma. Ils auraient pu même être punis, lorsque Stéphane Ruffier manquait sa sortie, mais Cheick Diabaté ne parvenait pas à en profiter et le score en restait alors là (27°).

Les hommes de Christophe Galtier montait légèrement en régime, Henri Saivet décochait une frappe flottante dont la trajectoire finissait de peu au-dessus des cages de Thomas Didillon (35°). Le portier messin devait ensuite s’interposer devant Romain Hamouma (41°). A l'issue de la première période, les Messins menaient assez logiquement au score, grâce à un réalisme qui se répondait à la solidité d'un bloc face à des Stéphanois plus amorphes.

La deuxième mi-temps débutait elle en faveur des Verts. Après une récupération de balle haute et un raid dans le camp messin, Loïc Perrin trouvait Robert Beric qui se mettait en bonne position de frappe puis trompait Thomas Didillon (1-1, 53°). Les Grenats réagissaient rapidement, mais la lourde frappe de Renaud Cohade était stoppée par Stéphane Ruffier (54°).

Alors que la frappe tendue d'Henri Saivet était arrêtée par Thomas Didillon (64°), les hommes de Philippe Hinschberger reprenaient l'avantage au score. Bénéficiant d'un coup-franc, Yann Jouffre combinait avec Ivan Balliu, seul sur le côté droit. Sans aucun pressing, l'Espagnol lançait un excellent centre, parfaitement coupé au deuxième poteau par Simon Falette (1-2, 67°). 

Les Stéphanois retombaient alors dans les travers de la première mi-temps, tandis que les Messins se présentaient dans un bloc assez haut, afin de récupérer facilement les ballons. Lancés dans les ailes ou servis par la tour de contrôle Renaud Cohade, les offensifs avaient la possibilité d'aggraver la marque, que ce soit par Cheick Diabaté, dont la frappe passait de peu à côté (75°), ou Cheick Doukouré (77°). Les Verts ne se montraient alors dangeureux que sur coups de pied arrêtés. Loïc Perrin, par une reprise de volée acrobatique, forçait alors Thomas Didillon à détourner le ballon (71°). 

Alors que l'on rentrait dans le temps additionnel, les deux équipes avaient l'occasion de changer la donne au tableau d'affichage. Les Stéphanois d'abord : sur une déviation de la tête de Benjamin Corgnet, Romain Hamouma trouvait la barre transversale sur une puissante reprise de volée. Dans l'action qui suivait, Opa Nguette entamait un festival de dribble sur le côté droit, allant jusqu'à éliminer le portier adverse, mais sa frappe en bout de course, peu puissante, était sauvée in-extremis par Loïc Perrin (90+2°).

Joueur le plus en vue côté forézien, le capitaine stéphanois se révélait alors être le bourreau des espoirs lorrains de trois points, et ce au pire des moments. Sur un coup-franc, alors que l'on se dirigait vers la toute dernière action du match, le défenseur vert coupait la trajectoire du ballon en surgissant devant un Thomas Didillon sorti de ses cages (2-2, 90+4°). 

Menant constamment au tableau d'affichage, les Messins peuvent se sentir laisés vis-à-vis du résultat, notamment compte tenu de la physionomie d'un match ayant vu des Messins plus inspirés offensivement que leurs hôtes, et considérer ce résultat nul comme une déception.

Malgré cela, les Lorrains se classent désormais à la 16ème place avec trente-deux points au compteur, dont sept d'avance sur le Sporting Club de Bastia, premier relégable et prochain adversaire du FC Metz. Voilà pourquoi, lors de la réception des Corses le vendredi 17 mars à 19h00 au Stade Saint-Symphorien, les protégés de Bernard Serin devront se servir de cette très bonne copie rendu face aux Verts pour emporter une rencontre hautement plus importante et continuer l'avancée vers le maintien.

 

A lire également

17avr2019

Actualités

Le FC Metz s’associe avec savoirCguérir dans la lutte pour l’éradication de l’hépatite C. Ce partenariat illustre une fois de plus les efforts...
Lire la suite

16avr2019

Actualités

La campagne d’abonnements et de réabonnements grand public pour la saison 2019-2020 débute le mercredi 24 avril à 14h00 sur www.billetterie-fcmetz....
Lire la suite

14avr2019

Actualités

Alors que les vacances scolaires ont débutées en Moselle, le club à la Croix de Lorraine en profite pour vous donner rendez-vous ce mercredi 17 avril...
Lire la suite