6e forum de l'emploi !

Metz tombe avec les honneurs

Malgré une prestation de qualité et l’égalisation de Florent Malouda face au leader marseillais, les Grenats se sont inclinés au Stade Vélodrome dimanche soir.
Partager cet article :

Alors que certains s’attendaient à observer une équipe messine dans la difficulté, particulièrement regroupée en défense dimanche soir sur la pelouse du leader de Ligue 1, les Lorrains ont sans doute surpris les téléspectateurs de Canal + et les 45 537 spectateurs du Stade Vélodrome. Malgré un score final qui peut paraître sans appel en faveur de l’Olympique de Marseille (3-1), c’est une formation visiteuse plutôt entreprenante et sans complexe qui s’est présentée face aux hommes de Marcelo Bielsa.

Audacieux et solidaires, les Grenats ont posé des difficultés au club olympien qui imaginait peut-être passer une soirée un peu plus tranquille face au promu messin. Il n’en était rien ce dimanche soir. Car en plus d’avoir été particulièrement solides face aux joueurs marseillais, les Messins ont aussi réussi à faire preuve de réussite à un moment clef du match – ce dont ils manquaient cruellement à l’extérieur jusqu’ici – en cueillant à froid les Marseillais au retour des vestiaires (1-1, 46°).

Fragiles loin de Saint-Symphorien, les Lorrains ne se sont pas laissés impressionner par les Olympiens ce dimanche soir, ni par la perspective d’être diffusés en prime-time, ni même par le scenario du match. Alors qu’ils étaient bien partis pour rentrer au vestiaire sur un score nul et vierge à la mi-temps, voire même avec un but d’avance si Steve Mandanda n’avait pas repoussé la frappe de Florent Malouda du bout du pied quelques minutes plus tôt (39°), les Messins encaissaient un but contre le cours du jeu. Sur un centre de Dimitri Payet, André Pierre-Gignac débloquait le tableau d’affichage d’une tête victorieuse (1-0, 44°).

La tournure des évènements était alors particulièrement cruelle pour les Grenats. En effet, les protégés d’Albert Cartier réalisaient jusque-là une superbe première mi-temps faisant preuve d’une belle solidité défensive mais également d’inspiration sur les phases offensives. Les Messins se procuraient d’ailleurs plus d’occasions (3°, 17°, 18°, 31°, 39°) que leurs adversaires en première période (8°, 33°) mais la troisième fut la bonne pour le buteur marseillais, peut-être d’ailleurs en position hors-jeu sur son ouverture du score.

A la reprise, Federico Andrada, titularisé pour la première fois ce soir en Ligue 1, emmenait sa formation à toute vitesse vers le but marseillais, décalait Juan Falcon qui servait Florent Malouda dont la frappe, légèrement déviée, trompait la vigilance du portier phocéen (1-1, 46°). Toutefois, une fois de plus, les Lorrains subissaient la dure réalité du réalisme marseillais puisque les Locaux doublaient la mise quinze minutes plus tard sur leur première opportunité en deuxième période. André Ayew reprenait une première frappe olympienne venue s’écraser sur le poteau de Johann Carrasso et mettait les siens un peu plus à l’abri (2-1, 59°).

Loin d’être décontenancés par ce deuxième but, pas franchement mérité, les hommes de la maison grenat jetaient alors toutes leurs forces dans la bataille pour tenter d’obtenir a minima une unité qu’ils étaient en droit d’espérer ce dimanche soir. Que nenni. La frappe de Yeni Ngbakoto était repoussée de justesse par Steve Mandada (67°), la tête plongeante de Jérémy Choplin filait le long du poteau (68°), la frappe de Florent Malouda était captée (69°) et toutes les autres incursions messines qui auraient pu s’avérer dangereuses étaient stoppées par l’arrière-garde marseillaise.

Omniprésents sur le but adverse, les Lorrains se montraient vulnérables en situation de contres. Et après plusieurs tentatives rondement menées (72°, 82°, 90°), Dimitri Payet pliait le match en faveur de l’OM dans les arrêts de jeu (3-1, 90+2°).

Au coup de sifflet final, si les Grenats n’ont toujours pas décroché un deuxième succès à l’extérieur cette saison, ils ont ce soir prouvé qu’ils pouvaient montrer un tout autre visage loin de  Saint-Symphorien et qu’ils étaient capables de tenir la dragée haute aux gros morceaux de Ligue 1. Malgré un score sévère qui ne reflète sans doute pas le match des Lorrains, ces derniers peuvent rentrer déçus certes, mais tout de même fiers de leur prestation ce soir et des progrès réalisés depuis le coup d’envoi de la saison 2014-2015.

A lire également

25jan2020

Le Match

Et si c'était le moment idéal pour confirmer et démarrer une série ? Quinze jours après le premier succès de l'année, à domicile, face au RC...
Lire la suite

24jan2020

Web TV

24/01/2020 Fabien Centonze : "J'aimerais être plus décisif" Toutes les vidéos
Lire la suite