Réabonnement : top départ !

Metz voyage mal

Malgré une prestation honorable, les Messins rentrent bredouilles des Deux-Sèvres. Les Grenats s’inclinent finalement face aux Chamois Niortais en fin de rencontre (2-0).
Partager cet article :

Après avoir enchaîné trois matches sans victoire, les Messins avaient à cœur de réagir ce soir sur la pelouse niortaise. Pour ce faire, Albert Cartier disposait d’un effectif décimé par les suspensions de ses joueurs cadres - Romain Métanire, Gaëtan Bussmann et Kévin Lejeune -, et devait alors aligner une défense inédite, composée de Jérémy Choplin, Sylvain Marchal, Guido Milan et Romain Inez. Ces derniers ont parfaitement résisté, à l’image de toute l’équipe messine, avant de finalement plier en fin de rencontre par deux fois.

Au Stade René Gaillard, les Grenats ont débuté la partie sur la pointe des pieds. Opportunistes, les Chamois Niortais ne se sont pas fait prier pour profiter de la discrétion messine, pour prendre le jeu à leur avantage et dominer les débats. Cette situation plutôt désagréable pour les hommes d’Albert Cartier durait un quart d’heure seulement avant que les Grenats retrouvent finalement quelques couleurs.

Pendant ce temps, le duo Sala - Martin profitait de l’entame de match timide des Messins pour s’illustrer dans la surface des Visiteurs. Le buteur argentin endossait le rôle de passeur pour son acolyte Florian Martin mais ce dernier butait sur Johann Carrasso (7°), les deux Niortais inversaient plus tard les rôles mais manquaient cette fois le cadre (11°). Florian Martin tentait sa chance sur un coup-franc direct et Emiliano Sala d’une frappe mais ils se heurtaient aux gants du gardien lorrain (8°, 37°).

Heureusement, dans les Deux-Sèvres, cette situation ne fut que de courte durée et les Lorrains montraient ensuite un visage plus conforme à ce dont ils sont capables cette saison dans le Championnat de Ligue 2. Les Messins se procuraient alors plusieurs occasions - même si elles n’étaient pas suffisamment tranchantes pour faire trembler les filets niortais - et cela malgré le fait qu’ils eurent toutes les peines à trouver le meilleur artilleur du championnat, Diafra Sakho, très pris au marquage, toujours par Frédéric Bong, souvent par plusieurs Niortais à la fois.

Les Messins persistaient tout de même mais manquaient plusieurs fois le cadre adverse, notamment Nicolas Fauvergue du pied droit mais également de la tête par deux fois (13°, 35°, 37°). Yeni Ngbakoto envoyait quant à lui un boulet de canon, dans la boîte, mais Paul Delecroix dégageait le cuir (22°). Même le défenseur central Sylvain Marchal tentait sa chance, sur un coup-franc de Romain Rocchi, mais le ballon filait légèrement au-dessus de la transversale (40°). Diafra Sakho parvenait tout de même à se défaire de ses bourreaux pour s’illustrer avant la pause, obligeant le portier niortais à la parade, mais n’ouvrait pas son compteur de but (41°).

Au retour des vestiaires, les deux formations se neutralisaient et se procuraient ainsi de rares opportunités. Ce furent deux défenseurs grenat qui eurent deux situations intéressantes qui auraient pu faire basculer la partie. Sylvain Marchal tentait de placer une tête sur un corner tiré par Yeni Ngbakoto (55°) puis Guido Milan décochait une frappe (57°). Sans succès.

Le public du Stade René Gaillard n’eut alors plus beaucoup d’occasions à se mettre sous la dent, du moins jusqu’à ce que les Chamois Niortais fassent preuve de réalisme en ouvrant la marque sur leur pelouse. Florian Martin, dans tous les bons coups niortais ce soir, servait Luidgi Glombard, esseulé au point de penalty, qui trompait Johann Carrasso de la tête (1-0, 78°).

Abattus mais pas résignés, les Lorrains continuaient de s’employer pour décrocher au moins une unité, ce qui n’aurait pas été franchement immérité. Mais les Grenats, qui avaient déjà beaucoup peiné au cours de la rencontre pour s’approcher du but local, se heurtaient inlassablement à la défense en béton des Niortais, bien regroupés après avoir ouvert le score. Jérémy Choplin tentait tout de même sa chance mais sa frappe était détournée – de la main ? – en sortie de but (89°) et les Niortais filaient en contre à  toute vitesse... et doublaient la mise grâce à Kevin Mayi (2-0, 90°). Dur !

Les hommes d’Albert Cartier s’inclinent ce soir alors qu’ils réalisent une prestation honorable qui aurait sans doute mérité un meilleur sort. Les Messins concèdent finalement un deuxième revers consécutif en deux déplacements. Le mois de janvier 2014 ne réussit pas franchement aux Grenats, qui restent tout de même en tête de la Ligue 2 avant le match de Lens samedi, mais qui ont empoché seulement deux unités en quatre rencontres. On attend avec impatience le mois de février et la réception de Caen au Stade Saint-Symphorien la semaine prochaine !

A lire également

25sep2020

Web TV

25/09/2020 Farid Boulaya : "Rendre la confiance qu'on m'accorde" Toutes les vidéos
Lire la suite

24sep2020

Web TV

24/09/2020 Marseille - Metz, la conférence d'avant-match Toutes les vidéos  
Lire la suite