Imaginez avec nous le FC Metz de demain !

Soirée noire

Les Grenats concèdent leur première défaite cette saison en National. Rien n’a fonctionné sur la pelouse de Carquefou, qui s’impose logiquement (4-1).
Partager cet article :

Il y a des soirs rien ne va. Le FC Metz l’avait oublié depuis le début de la saison. Seulement battue par Bastia en Coupe de la Ligue, la jeune troupe d’Albert Cartier avait de bonnes raisons d’être insouciante. Huit victoires et deux nuls : son bilan était presque parfait avant ce déplacement à Carquefou. La série s’arrête donc là. Sèchement battus, les Grenats n’ont pu faire honneur à leur statut de favoris, trop vite réduits à dix une nouvelle fois après l’exclusion de Mamadou Wagué.

Le défenseur central a passé un mauvais quart d’heure, pas un de plus. Averti au bout de quelques minutes de jeu, il concéda un penalty et fut exclu pour une charge sur Christian Benkamenga, lui-même auteur de l’ouverture du score (1-0, 16°). La suite permit à Johan Carrasso de montrer l’étendue de son talent. Une première fois, le gardien messin sauva les siens en remportant son face à face devant Bekamenga (19°). Il fut ensuite sauvé par son poteau (29°) et se sacrifia, toujours face à Bekamenga, à bout portant (30°). C’est le moment que choisit Diafra Sakho pour provoquer la défense adverse, obtenir un penalty et le convertir (1-1, 31°). Un joli coup des Messins !

La partie baissa en intensité par la suite, ce qui permit à Metz de reprendre ses esprits et de poser le jeu. Cela n’empêcha pas Mathieu Delanoé de trouver une nouvelle fois la barre transversale juste avant la pause (45°). Mais, au retour des vestiaires, les visiteurs, bien qu’évoluant à dix, eurent deux occasions d’inscrire un second but. Un coup-franc superbement frappé par Grégory Proment, qu’Alban Joinel enleva de sa lucarne (47°). Et un coup de tête de Diafra Sakho qui obligea la défense adverse à dégager sur sa ligne (48°). Un tournant de la partie.

Car, paradoxalement, Carquefou parvint à faire le break au moment où son adversaire respirait bien mieux. Sur un corner, la tête de Romain Thomas leur coupa le souffle (2-1, 60°). Dès lors, les choses se compliquèrent. Le coup de poker tenté par Albert Cartier (entrées de Kehli et Gueye) ne s’avéra pas payant. A l’inverse les Grenats encaissèrent un nouveau but des pieds de Florian Martin (3-1, 72°) et un dernier contre fut conclu par Bekamenga (4-1, 90°). Metz venait pourtant, à dix contre onze, de toucher le poteau (frappe de Moussa Gueye, 87°) puis la barre transversale (coup franc de Yeni Ngbakoto, 90°). L’épilogue d’un drôle de match qui a échappé au contrôle des Messins.

La réaction de Yeni Ngbakoto : « Nous sommes passés à travers. Dans l’agressivité, nous n’y étions pas. Nous sommes rentrés dans la partie trop tranquillement et nous l’avons payé cash. Carquefou a fait une belle partie, nous étions gênés dans la construction du jeu. D’entrée de jeu, ils ont su trouver des ballons en profondeur qui nous ont mis en difficulté, et cela a conduit à l’exclusion de Mamadou. Nous souhaitions rester invaincus le plus longtemps possible, mais il n’est pas possible de gagner tous les matches. Marseille, en Ligue 1, a aussi subi une lourde défaite après une série de victoires. Il ne faut pas s’arrêter sur cette contre performance. »

A lire également

05Mar2021

Web TV

05/03/2021 Valenciennes - Metz, la conférence d'avant-match Toutes les vidéos  
Lire la suite

Actualités

Le moment est venu de compléter sa collection de figurines à l’effigie des Grenats et à assembler chez soi !  Pour cela, rien de plus simple : il...
Lire la suite