Réouverture de la Boutique Officielle !

Enfin !

Les Grenats ont brisé leur mauvaise série en remportant ce samedi soir un match important à l’extérieur sur le terrain de Cherbourg (1-2). Il le fallait, car leur poursuivant ne décélère guère.
Partager cet article :

Voilà de quoi briser le signe indien qui poursuivait les hommes d’Albert Cartier depuis le 31 août et la dernière victoire en date des Messins sur un terrain adverse. Ce samedi soir à Cherbourg, ils ont su en même temps retrouver la recette du succès à l’extérieur et celle du succès tout court, eux qui n’avaient pris que cinq points sur les six derniers matches.

C’est bien autant que mérité. Malgré le fait qu’ils aient reçu un petit coup de pouce du destincomme quoi la roue tourneavec l’expulsion du latéral gauche de Cherbourg dès la 17e minute de jeu, les Grenats ont su croire en leurs capacités, certaines sur ce coup-là. Réduits à dix, les Normands n’avaient guère les moyens de rivaliser, tant physiquement que techniquement.

D’ailleurs, à l’heure l’arbitre sortait le carton rouge à l’encontre de Sow, les Locaux étaient déjà menés au score : Gaëtan Bussmann avait mis les siens sur les rails de la victoire en convertissant de la tête le premier corner de la partie, tiré par Yéni NGbakoto, capitaine en l’absence de Proment qui purgeait son dernier match de suspension (0-1, 4°). Mais, réduits à dix, les Cherbourgeois savaient tirer le meilleur de la faiblesse de leur adversaire et exploitaient leurs coups de pied arrêtés au maximum.

Sur un premier, excentré à près de trente-cinq mètres du cadre, Goba plaçait une tête à l’entrée des seize mètres qui obligeait Carrasso à se coucher : le ballon heurtait le poteau gauche avant de rebondir dans le but messin (1-1, 34°). Sur un second, ils faillirent réaliser un coup double mais cette fois le montant droit de la cage des Grenats était plus efficace et suffisait à détourner le danger (42°).

Heureusement, car les joueurs d’Albert Cartier venaient d’inscrire un second but et de concrétiser enfin leur supériorité au tableau d’affichage. Bussmann était cette fois à l’initiative de l’action : son centre trouvait Sakho qui déviait intelligemment dans la surface pour Moussa Gueye, qui se jouait de son défenseur avant de décocher une frappe imparable dans le petit filet (1-2, 41°). Si leurs adversaires étaient parvenus à revenir au score dans la foulée, il n’en aurait peut-être pas fallu beaucoup plus pour déstabiliser des Lorrains guère en réussite hors de leurs bases depuis quelques mois. On sentait bien que sur les coups de pied arrêtés, ces derniers manquaient d’une concentration qui aurait pu leur coûter cher.

En seconde période, les Cherbourgeois étaient loin d’abdiquer, continuant de se montrer dangereux sur leurs coups-francs. Sans Ils en obtinrent au total une bonne dizaine, dont la moitié était parfaitement placée et aurait pu faire mouche sans la maladresse ou l’imprécision de leurs auteurs (60°, 63°, 87°, 92°).

Les Messins, eux, géraient plus ou moins tranquillement leur avance. On aurait néanmoins aimé que leurs offensives soient moins timides. Les centres de Lejeune (67°) puis Bourgeois (68°) ne trouvaient pas preneur, pas plus que la remise en retrait de Sakho bien servi par le numéro 28 des Grenats, auteur d’une bonne entrée en jeu (77°). La lointaine reprise de volée de l’attaquant sénégalais, qui s’écrasa sur la transversale dans les dernières minutes de la partie, fut spectaculaire et anecdotique.

A onze contre dix, jamais on ne sentit les hommes porteurs du maillot à la Croix de Lorraine sûrs de leur victoire. Mais est-ce vraiment anormal, quand on sait que celle-ci les fuyait depuis le 30 novembre tous matches confondus en championnat et depuis le 31 août à l’extérieur ? L’essentiel, ce vendredi soir dans le Cotentin, était plutôt dans ces valises remplies de trois points que les Lorrains rapportent chez eux, l’esprit quelque peu rassuré sur leurs capacités à faire basculer une rencontre du bon côté.

Il faut maintenant qu’ils poursuivent sur cette lancée : vendredi prochain, le 18 janvier, c’est le Vannes Olympique Club qui se présente à Saint-Symphorien à l’occasion du premier match de la phase retour du championnat. Un VOC qui vient au passage d’étriller Boulogne dans le Pas-de-Calais (0-3). Avant deux déplacements consécutifs au Poiré-sur-Vie, qui colle aux basques du FC Metz en championnat, et à Luzenac, il est temps cette fois de retrouver la recette de la victoire à domicile.

A vendredi !
 

A lire également

26juil2021

Web TV

26/07/2021 Le Zapping des Grenats, saison 4, épisode 1 ! Toutes les vidéos  
Lire la suite

25juil2021

Album photos

Mönchengladbach - Metz, l'album photo Voir le diaporama  
Lire la suite