Une peluche Grayou offerte à chaque nouveau-né mosellan !

Sissoko ouvre la petite porte

Sauvés par leur gardien dans la séance de tirs aux buts, les Grenats ont évité le pire au Mée sur Seine.
Partager cet article :

Un peu plus de cinq-cent spectateurs autour de la main courante, une cabine de presse de fortune partagée avec le speaker du stade, vin chaud, bonne humeur et sandwichs à volonté : le charme de la coupe de France a agi au stade Pierre de Coubertin du Mée-sur-Seine. Il a même si bien agi que les hommes de Dominique Bijotat ont failli passer à la trappe face de modestes pensionnaires de division d'honneur. Heureusement, Oumar Sissoko a fait preuve de calme et d'efficacité dans la séance de tirs aux buts, comme l'ensemble des tireurs messins par ailleurs. Cela a permit d'éviter le pire.

Pendant le temps réglementaire, Metz a dominé les débats, faisant circuler le ballon jusqu'aux vingt derniers mètres. Mais l'équipe de Ligue 2 a peiné à l'approche du but, offrant au gardien de but Ludovic Rose Antoinette l'occasion de se mettre en valeur. Lorsque les visiteurs parvinrent à frapper, le portier fut en effet à la parade. Ce fut le cas sur une première tentative signée Englebert (38°). Quant à Diafra Sakho, il ne parvint pas à ajuster sa reprise, alors que Cheikh Gueye lui avait adressé un ballon très appuyé en retrait (44°).

Deux occasions, c'est bien peu pour une formation évoluant quatre divisions au dessus de son adversaire du jour. Bien organisés, les Méens continuèrent tranquillement leur petit bonhomme de chemin. A l'heure de jeu, Dominique Bijotat voulut apporter du sang neuf dans son équipe. Après qu'il ait manqué – lui aussi servi par Cheikh Gueye – une belle occasion, Tenema N'Diaye céda sa place à Yeni Ngbakoto (60°). Celui-ci fut rejoint plus tard par Thibaut Bourgeois puis Romain Métanire.

La jeune garde lorraine était donc au pouvoir pour les dernières minutes de jeu. On la vit active, combinant dans la surface, mais malheureusement inefficace. Si bien que le temps réglementaire se termina sur un score nul et vierge. Les amateurs du Mée y crurent alors dur comme fer. Leur entame de prolongation donna le ton. Une frappe lourde d'Aziz obligea Oumar Sissoko à s'illustrer (92°). Au cours du dernier quart d'heure, Metz eut enfin des opportunités nettes d'ouvrir la marque. Mais Bourgeois, Sakho, Métanire puis Bussmann manquèrent le cadre !

Il y avait de quoi s'inquiéter pour les Messins avant la séance de tirs aux buts, mais ceux-ci firent honneur à leur statut en montrant un sang froid impeccable. Romain Brégerie, Diafra Sakho, Cheikh Gueye et Yeni Ngbakoto ne laissèrent aucune chance au gardien local. Oumar Sissoko plia l'affaire en stoppant deux des quatre tentatives adverses. Le Malien a permis aux siens de passer par la petite porte. De cette rencontre, on  retiendra la qualification et l'état  d'esprit des Mosellans, qui ne se sont pas désunis malgré les circonstances. Mais il faudra bien entendu faire mieux pour espérer un résultat face à Sedan vendredi à Saint-Symphorien !

A lire également

03avr2020

Web TV

03/04/2020 C'était un 3 avril... face au Mans ! Toutes les vidéos
Lire la suite

31Mar2020

Interview

À l'image de ses coéquipiers messins, l'infatigable Habib Maïga a dû mettre sa saison entre parenthèses, confinement oblige. L'international ivoirien...
Lire la suite