Abonnez-vous pour la Ligue 1 !

Romain Brégerie : « Nous répondrons présent »

Alors qu\'il entame sa troisième saison au club, Romain Brégerie est prêt à prendre ses responsabilités. Cela n\'a pas échappé à son entraîneur, qui a choisi de lui confier le brassard.
Partager cet article :

De retour de Châteauroux, où il a participé au maintien de sa formation en Ligue 2, Romain Brégerie a trouvé un vestiaire bien différent de celui qu'il avait quitté l'hiver dernier. Au sein de ce groupe largement rajeuni, le solide défenseur, qui fêtera ses 24 ans début août, figure parmi les plus expérimentés avec soixante rencontres de Ligue 2 au compteur, auxquelles il convient d'ajouter une saison de National sous le maillot de Sète.

Préférant que son capitaine évolue sur le champ, Dominique Bijotat a choisi de lui confier le brassard après l'avoir fait voyager au fil des matches de préparation. Romain Brégerie a accepté la responsabilité. Il débute donc une année doublement symbolique puisqu'il portera également un numéro 4 laissé vacant par son ami Matheus Vivian. « C'est une véritable fierté que de prendre sa succession », affirme-t-il à l'heure de lancer une nouvelle aventure à Clermont.

Romain, comment s'est déroulé la préparation d'avant-saison ?

Romain Brégerie : « Bien, nous avons pu suivre notre programme sans encombre. La préparation regroupait deux aspects. Bien sûr, le travail physique qui nous permettra d'assurer toute la saison; et en parallèle, il nous fallait apprendre à nous connaître. L'équipe est en reconstruction, elle doit retrouver des automatismes après une vague de départs. Dans ce domaine, nous sommes de mieux en mieux, nous montons en puissance. Le fait de retrouver la compétition va nous permettre de nous jauger. Nous sommes en tous cas très excités à l'idée de reprendre. Nous sommes des compétiteurs, nous aimons ça. »

Quelle importance accordez-vous aux résultats enregistrés lors des rencontres amicales ?

R.B. : « Une importance très relative. On ne peut pas complètement les occulter, ils reflètent tout de même quelque part notre niveau de jeu actuel. Mais cela n'a rien d'une vérité mathématique. L'an passé, nous nous étions bien comportés, en battant notamment des équipes de première division étrangère. Et à Vannes, lors de la première journée, nous étions passés à travers (0-3). J'espère que nous ferons l'inverse cette fois. Quoiqu'on en dise, l'intensité d'un match de championnat est différente. Il y a plus d'envie, de risques. C'est humain. Malgré nos derniers résultats, je suis persuadé que nous répondrons présent dès vendredi. »

C'est votre troisième saison en Grenat. L'abordez-vous différemment des deux dernières ?

R.B. : « Oui, forcément. J'aspire à davantage de temps de jeu que les années précédentes, c'est dans la logique des choses. Aujourd'hui, je suis plus expérimenté, j'ai un vécu qui me permet de prendre davantage mes responsabilités sur la pelouse. J'ai aussi envie de m'impliquer à l'extérieur, dans la vie quotidienne. Mais je sais que tout cela ne sera possible que si je m'impose sur le terrain. Sans être irréprochable dans ses prestations, il est difficile de jouer un rôle au sein du vestiaire. »

Justement, vous allez porter le brassard de capitaine. Comment vivez-vous cette responsabilité supplémentaire ?

R.B. : « J'avais discuté de cela avec Dominique Bijotat pendant le stage. Il pensait à plusieurs d'entre nous et souhaitait voir comment nous allions évoluer pendant la préparation. Je lui ai dit que j'étais prêt. Je pense pouvoir assumer ce rôle. J'aime discuter, échanger et faire le lien entre le staff et le groupe. Après, ma décision a aussi été fortement influencée par le fait qu'il y ait beaucoup de jeunes joueurs parmi nous. Je suis un peu au carrefour des générations, c'est un atout pour comprendre et véhiculer les opinions de chacun. »

Vous héritez également du numéro quatre de Matheus Vivian...

R.B. : « C'est un honneur pour moi de le porter ! Matheus est mon meilleur ami depuis que je suis arrivé à Metz. Il était très important dans ma vie de tous les jours. Jusqu'à maintenant, j'avais le numéro cinq. Je trouvais logique de le laisser à Stéphane Borbiconi, c'est un peu son numéro, lui qui a connu tant de saisons au FC Metz. Pour ma part, je vais tâcher de faire honneur à Matheus en lui succédant avec le plus de brio possible ! »

Que retenez-vous des quelques mois que vous avez passés à Châteauroux ?

R.B. : « Mon objectif en y allant était de jouer davantage, il a été atteint. Ensuite, j'ai connu un très bon groupe, nous nous sommes maintenus lors de la dernière journée. C'était très enrichissant car je n'avais jamais connu ce contexte. J'ai toujours évolué dans des équipes qui voulaient accéder au niveau supérieur. La pression existe dans les deux cas, mais devoir se sauver procure vraiment un sentiment différent. Il faut pouvoir le gérer. Heureusement, cela s'est bien terminé, nous avons bouclé la saison sur une note très positive. »

Pour finir, comment abordez-vous ce match de Coupe de la Ligue à Clermont vendredi soir ? Peut-il être considéré comme un prolongement de votre préparation ?

R.B. : « En aucun cas nous ne le prendrons comme cela, pour la simple raison que c'est un match de coupe, à élimination directe ! Si nous voulons rejouer un quart de finale comme c'est arrivé dernièrement, et faire un beau parcours, il faut gagner. Forcément, il a une importance. A la fin nous pouvons être éliminés de la Coupe de la Ligue, et nous ne le souhaitons pas ! »
 

La fiche de Romain Brégerie

A lire également

18aoû2019

Web TV

18/08/2019 Renaud Cohade : "Une belle victoire" Toutes les vidéos  
Lire la suite

17aoû2019

Le Match

Une semaine après avoir obtenu un précieux point en déplacement sur la pelouse du RC Strasbourg (1-1), le FC Metz foulait à nouveau les terrains. Et...
Lire la suite