Réabonnement : top départ !

Metz s'offre une douceur

Engagés dans un périlleux tryptique à l\'extérieur, les Grenats ont bien négocié la première étape à Angers. En l\'emportant sur la plus petite des marges, ils confirment leur succès de Nîmes.
Partager cet article :

Privé de ses trois recrues, Yvon Pouliquen se voyait contraint de revenir à une configuration utilisée lors des matches aller. Laissant Victor Mendy, très sollicité depuis la reprise, sur le banc, il optait pour un trident offensif composé de Vincent Bessat, Jeremy Pied et Razak Omotoyossi. Le reste de sa formation relevait du classique, d'autant que l'absence de Stéphane Borbiconi limitait les choix à faire dans le domaine défensif.

D'entrée, les Messins, vêtus de Rose, mirent le pied sur le ballon et posèrent leur jeu. Relancés par sa belle prestation devant Nîmes, Jeremy Pied était leur détonateur privilégié. Sur son côté droit, il fila une première fois centrer sur la tête de Razak Omotoyossi, qui manqua le cadre (9°). Puis il trouva Frédéric Biancalani au second poteau, au terme d'une nouvelle percée, mais la frappe du gaucher n'inquiéta pas le gardien adverse (25°). De l'autre côté, Vincent Bessat, décalé par Razak Omotoyossi, n'eut pas plus de réussite (29°).

Metz dominait les débats mais manquait parfois d'assurance dans sa relance. Une fébrilité accentuée par l'état de la pelouse, qui avait visiblement souffert de l'hiver. Ainsi Anthony Modeste faillit ouvrir la marque en reprenant un centre venu de la droite (31°). Auparavant Charles Diers s'était illustré par une belle frappe tendue frôlant la lucarne de Christophe Marichez (9°). De quoi donner aux Lorrains de bonnes raisons de rester méfiants en seconde période.

On sentait malgré tout les hommes de Pouliquen décidés à poursuivre leur entreprise. Cela se traduisait d'entrée par un bon ballon de Pascal Johansen pour Vincent Bessat. Le second enchaînait contrôle – frappe mais Kevin Olimpa était sur la trajectoire (49°). A l'heure de jeu Victor Mendy faisait son entrée en pointe en lieu et place d'Omotoyossi. Le Sénégalais se montra d'entrée efficace en décalant Jeremy Pied dans la surface, qui centra pour Pascal Johansen dont le coup de tête manqua de puissance (64°). Puis il obtint un penalty dans un duel aérien avec Ecuele Manga.

Pascal Johansen le convertit en force une première fois, Stéphane Bré le donna à retirer. Mais le numéro huit messin est un homme plein de sang froid. Il changea le côté mais pas le dosage, excellent (0-1, 67°). Une juste récompense pour les Mosellans. La révolte angevine, parfois désorganisée, ne suffit pas à déstabiliser le bloc messin, seulement mis en danger sur un coup-franc au terme duquel Matheus Vivian joua les pompiers de service (75°). En fin de partie, Victor Mendy eut même l'occasion de faire le break mais il manqua son duel avec le gardien au terme d'une course de quarante mètres (82°). Heureusement, Metz n'eut pas à le regretter et peut se féliciter d'avoir tiré profit de son second match en retard de l'hiver !

A lire également

11aoû2020

Album photos

La séance du jour en images !
Lire la suite

10aoû2020

Actualités

Pour leur dernière rencontre amicale avant le retour de la Ligue 1 Uber Eats, les Grenats s’offriront un derby face au RC Strasbourg !  Le coup d’...
Lire la suite

Actualités

Depuis dimanche soir, et jusqu'à samedi, le FC Metz effectuera son stage d'avant-saison à Molsheim. Pour conclure ce stage de préparation, le club à...
Lire la suite