Une peluche Grayou offerte à chaque nouveau-né mosellan !

Delgado porte bonheur

Après deux premières années difficiles, Luis Delgado est sorti de sa coquille cette saison. En toute discrétion, le latéral gauche accumule les matches… et les victoires, lorsqu’il est dans le onze de départ des Grenats.
Partager cet article :

Le football est un sport qui se joue à onze contre onze, et quand Luis Delgado est titulaire, Metz gagne toujours à la fin. L’exception nimoise confirme cette règle de la saison 2008/2009. Le nul concédé au stade des Costières est en effet le premier résultat « négatif » que l’Angolais enregistre en tant que titulaire (voir ci dessous). Avant cela, il totalisait huit victoires en autant de rencontres ! La statistique le fait sourire, mais elle montre surtout qu’il est en train d’effectuer un début de saison plein. « Cette année, explique Luis, tout est différent pour moi. J’ai la chance d’apporter mon coucours aux résultats de l’équipe, de montrer mes qualités et j’en remercie Yvon Pouliquen. Lorsque je suis arrivé ici à l’été 2006, je n’avais mis les pieds sur le sol français qu’à l’occasion de stages ou de rencontres avec la sélection. Il faut comprendre que pour un étranger qui vient dans l’Hexagone, tout change du jour au lendemain : le climat, les coéquipiers, les séances d’entraînement. Il faut s’adapter. Cela m’a sans doute porté préjudice la première saison. D’autant que je n’avais jamais vécu ailleurs qu’en Angola… » Ainsi, en deux saisons, Delgado n’a connu que treize apparitions au sein de l’équipe première. Un total qu’il égalera en seulement cinq mois s’il participe à Metz – Angers vendredi.

Luis Delado n’est pas le premier joueur à qui cela arrive, les exemples sont nombreux. Mais l’Angolais se démarque dans la façon dont il a traversé cette épreuve. Au cours de ces deux années, il n’a jamais perturbé le groupe et laissé les déclarations au placard. Son secret ? Un mélange de professionnalisme et d’équilibre de vie : « L’an passé, j’ai très peu joué. Ce n’était plus une question d’adaptation mais de choix de l’entraîneur. Certes, ce n’est pas naturel pour un joueur pro de rester de côté, on ne s’entraîne pas tous les jours pour rester à la maison le week-end. Mais malgré tout, cela fait partie du métier. J’estime que je suis là pour travailler, pas pour m’embrouiller. Le contrat, on le signe avec un club, pas avec un coach. Et puis, si tu te sens bien au sein de ta famille, tu es bien dans la tête pour aller t’entraîner les matins. » Sa femme et ses trois enfants âgés de 12, 10 et 3 ans l’ont rejoint à Metz quelques mois après sa signature. Les deux plus grands, scolarisés, commencent même à donner quelques tuyaux sur la langue française à leur père…

Luis DelgadoParlant le portugais comme lui et proche sur la pelouse, Matheus Vivian est sans doute le meilleur témoin de l’évolution de Luis. « Je suis content pour lui, commente le Brésilien. Il a toujours su rester concentré dans les périodes difficiles. C’est ce qui lui permet d’être prêt au moment où l’on fait appel à lui. Je note qu’à chaque fois, il a répondu présent. » En effet, Delgado est de tous les bons coups : à Montpellier, à Lens, à Lyon et contre Strasbourg. L’arrivée de Guillaume Rippert, qui évolue au même poste que lui, ne l’a pas non plus relégué au rang de suppléant. « Tous les clubs du monde cherchent à doubler les postes, commente l’Angolais. Guillaume est un bon professionnel et un bon joueur de ballon. La concurrence n’est pas un problème, elle est bonne pour le club et bonne pour les joueurs. »

Au bout de deux ans et demi, Delgado a donc trouvé sa place en Moselle. Mais le soleil de Luanda lui manque toujours autant. A la fin de sa carrière, il y retournera, c’est sûr. « Notre pays va se développer, prévoit-il. Il y a tellement de richesses… J’y ai préparé mon avenir. Lorsqu’on est joueur, on prend des habitudes : bien manger, bien s’habiller. Mais une carrière est très courte et il faut penser à garder quelque chose pour la suite. » Delgado ne veut pas dévoiler les projets qu’il a lancés. Sans doute parce qu’il compte bien jouer encore de nombreuses saisons au football, pourquoi pas au FC Metz, un club où il a enfin ses marques. Mais si vous passez par Luanda, d’ici une dizaine d’années, il se peut que vous alliez dormir chez Luis…

 Les matches de Luis Delgado cette saison

Date Journée CO Match TI TJ
01/08 1ère journée L2 Guingamp 0 - 1 Metz Tit. 90
08/08 2ème journée L2 Metz 1 - 0 Tours Tit. 90
01/09 5ème journée L2 Montpellier 1 - 2 Metz Tit. 90
15/09 6ème journée L2 Lens 0 - 1 Metz Tit. 90
24/09 16ème de finale CDL Metz 3 - 1 Troyes Tit. 90
17/10 11ème journée L2 Metz 0 - 0 Bastia Remp. 19
24/10 12ème journée L2 Brest 2 - 1 Metz Remp. 29
31/10 13ème journée L2 Metz 2 - 0 Vannes Tit. 90
07/11 14ème journée L2 Clermont 1 - 0 Metz Remp. 24
11/11 8ème de finale CDL Lyon 1 - 3 Metz Tit. 90
17/11 15ème journée L2 Metz 3 - 2 Strasbourg Tit. 90
28/11 16ème journée L2 Nimes 1 - 1 Metz Tit. 90

A lire également

02avr2020

Web TV

02/04/2020 Joyeux anniversaire Miralem ! Toutes les vidéos
Lire la suite

01avr2020

Actualités

Face à l’épidémie de Covid-19, mobilisons-nous ! La Horda Frénétik, l'un des groupes de supporters messins, appelle à la solidarité et organise une...
Lire la suite

27Mar2020

Interview

Dans la mémoire collective, Toifilou Maoulida reste l’un des grands artisans du maintien du FC Metz en Ligue 1 en 2003-2004. Meilleur buteur messin...
Lire la suite