Réouverture de la Boutique Officielle !

Cissé et Nasri gâchent la fête

Les Messins méritaient mieux face à l’OM. Bien qu’ils aient livré une partie pleine d’enthousiasme, ils ont dû s’incliner lorsque le talent individuel des olympiens s’est exprimé. Mais ce match n’a peut-être pas été inutile.
Partager cet article :

Quelques jours avant de se déplacer à Lyon, dans un stade où les Champions de France perdent très rarement, les Grenats recevaient Marseille pour une rencontre de gala disputée à guichets fermés. Compte tenu de leur situation au classement, le risque existait de voir les hommes d’Yvon Pouliquen gérer leurs efforts. Cela n’a pas du tout été le cas, et ce match pourrait même être considéré comme une préparation crédible au quart de finale de Coupe de France de mardi.
D’entrée de jeu, les Mosellans ont affiché leur mordant en jaillissant sur le porteur du ballon. A ce fort engagement physique s’ajoutait une volonté de porter le danger sur le but adverse. Et ce malgré une configuration tactique plus prudente, Babacar Gueye figurant comme unique attaquant de pointe devant un milieu plus fourni. Dès la troisième minute, le Sénégalais quittait l’axe pour demander le ballon côté gauche. Cédric Barbosa effectuait le bon appel, droit au but, et profitait de la passe impeccable de Gueye pour ouvrir la marque (1-0, 3°).
Le public de Saint-Symphorien n’exultait qu’à moitié et pour cause, celui-ci était composé en grande partie de fans de l’OM, comme on pouvait s’y attendre. Malheureusement pour Metz, qui s’était mis sur la voix de l’exploit, les visiteurs allaient réagir. Le premier coup-franc de Djibril Cissé ne donnait rien (11°), mais l'ancien Auxerrois ne ratait pas sa seconde occasion, en plein cœur de la surface, et battait Marichez d’un plat du pied (1-1, 14°).
Les locaux peuvent regretter de ne pas avoir tenu le score plus longtemps. Car on ne sait ce qui serait advenu de ce Metz – Marseille dans ce cas. Par la suite, on vit en effet une formation marseillaise piétiner devant la pugnacité messine. Malgré des hésitations en défense, où le duo Bassong – Vivian était inauguré, les Grenats firent jeu égal avec les Olympiens. Comme cela arrive aussi parfois en pareilles circonstances, c’est le talent qui permit de faire basculer la partie. Celui de Samir Nasri, qui, d’une frappe surpuissante des vingt cinq mètres, perfora Christophe Marichez (2-1, 56°).
Malgré ce coup du sort, les Messins continuèrent à jouer, débarrassés de tout complexe, sans jamais perdre l’espoir d’égaliser. Et ils avaient raison d’y croire. Mandanda eut plusieurs frayeurs au cours de la fin de partie. Bien décalé par Barbosa, Cheikh Gueye fut repris à la dernière minute par… Djibril Cissé, revenu défendre (75°). Puis Sébastien Bassong manqua sa tête à la réception d’un long centre de Momar N’Diaye (77°). Pour finir, Rudy Gestede devança le portier marseillais dans les airs, mais le ballon atterrit derrière le but (90°). Le FC Metz avait laissé passer sa chance. Mais s’il évolue à ce niveau, il lui est permis d’espérer franchir le cap des quarts de finale mardi prochain.

A lire également

15aoû2022

Web TV

Vous devez accepter les cookies analytiques pour visualiser les videos. Accéder aux paramètres des cookies 12/08/2022 Metz - Valenciennes...
Lire la suite

14aoû2022

Web TV

Vous devez accepter les cookies analytiques pour visualiser les videos. Accéder aux paramètres des cookies 14/08/2022 Metz - Valenciennes...
Lire la suite