Profitez des soldes !

Metz a fait bloc

La formation de Joël Muller a concédé son troisième match nul de la saison sur la pelouse de Nantes. Si les Grenats ont fait preuve d'une solidité défensive indéniable, ils n’ont jamais pu inquiéter Landreau.
Partager cet article :
Metz n’a une nouvelle fois pas marqué, ce
soir à Nantes, mais il a au moins obtenu une confirmation : celle que son bloc
défensif est de nouveau compact et digne de confiance. Après les soucis rencontrés
à Saint-Etienne et Paris, ce n’est pas un luxe. Même s’ils
n’ont que très rarement mis le nez à la fenêtre, les
Grenats ont énormément contrarié leurs adversaires du soir.
Nantes n’a pas pu déployer son jeu et sur les quelques occasions
locales, Grégory Wimbée s’est interposé.

Lors des premières minutes de jeu, le trio offensif nantais tentait pourtant
de se mettre en évidence. Tout d’abord, Diallo coupait la trajectoire
d’un centre de M’hadhbi mais trouvait Wimbée sur sa route
(5°). Ensuite, il profitait d’un corner prolongé
par Savinaud pour placer sa tête au second poteau (13°). En plus de
voir sa tentative échouer, le Malien était touché au passage
et devait céder sa place à Pujol. Malgré ces deux opportunités,
la fébrilité messine de début de rencontre ne se traduisait
pas par une ouverture du score.

Par la suite, l’arrière-garde lorraine redevenait bien plus hermétique.
Les offensives locales s’engluaient systématiquement dans la toile
grenat. Nantes, adepte du jeu en mouvement, manquait cruellement d’espace
pour faire parler son jeu collectif. Malgré tout, Metz éprouvait
les pires difficultés à ressortir proprement le ballon, passant
donc la quasi-exclusivité de son temps dans sa propre moitié de
terrain. Seul Pujol avait l’opportunité d’aller tromper Wimbée.
Mais le portier messin sortait vainqueur de son double duel avec l’attaquant
canari (36°). Certes, le spectacle n’était pas folichon. Mais
les hommes de Muller rentraient aux vestiaires leur cage préservée.

Face à Strasbourg, ils avaient passé la vitesse supérieure
lors de la seconde période. La reprise laissait espérer un scénario
identique. Les Lorrains se montraient quelque peu plus entreprenants. Leur léger
mieux se matérialisait par une tête de Borbiconi sur corner. Celle-ci
passait à côté du but de Landreau (53°). Après
un bon passage messin, Nantes reprenait sa domination. Celle-ci était
moins importante mais les offensives des Jaunes et Verts étaient plus tranchantes.
Peu après l’heure de jeu, Bamogo faillit profiter d’un des
rares manques de fermeté de la défense messine. Après s’être
extirpé du duo Méniri - Borbiconi, l’ancien montpelliérain
buttait par deux fois sur Wimbée. Franck Signorino n’était
pas plus en veine, sa montée rageuse se terminait par une frappe non
cadrée (79°). Les derniers instants de la rencontre ne furent pas
plus prolifiques. La défense messine a démontré sa solidité.
Maintenant, il faut marquer.



La feuille de match


Nantes 0 – 0 Metz, 5ème journée de Ligue 1

Samedi 27 août 2005, Stade de la Beaujoire

Arbitre : Monsieur Fautrel

25732 spectateurs

Les avertissements :

Nantes : Yapi (32°), Toulalan (82°)

Metz : Huszti (34°), Béria (55°),
Obraniak (67°), Ouadah (88°)

Les équipes :

Nantes : Landreau – Savinaud, Delhommeau,
Guillon, Signorino – Faé, Toulalan, Yapi (Leray 69°) –
Diallo (Pujol 15° puis Da Rocha 76°), Bamogo, M’hadhbi

Metz : Wimbée – Béria, Méniri,
Borbiconi, Bassong, Huszti (Renouard 66°) – Obraniak, Proment, Ouadah,
Ahn (Cherif Touré 80°) – N’Diaye (Zewlakow 45°)

A lire également

24jan2021

Web TV

24/01/2021 Metz - Nantes, les réactions de Kouyaté et Leya Iseka Toutes les vidéos
Lire la suite

Album photos

Metz - Nantes, l'album photo
Lire la suite

Le Match

Une semaine après avoir vaincu l’OL dans le Rhône, les Grenats étaient de retour ce dimanche à Saint-Symphorien pour affronter le FC Nantes. À l’...
Lire la suite