Une peluche Grayou offerte à chaque nouveau-né mosellan !

Metz tombe avec les honneurs

Bien que battus, les Grenats ont été vaillants au stade Bonal et ont montré de belles choses. Si la victoire des hommes de Lacombe est loin d’être un hold-up, Metz peut tout de même nourrir des regrets.
Partager cet article :
D’entrée, les Sochaliens prenaient le jeu à
leur compte. La possession de balle des joueurs de Guy Lacombe se caractérisait
par quelques timides occasions. Tout d’abord, c’est Santos qui faillit
profiter d’une mauvaise prise de balle de Butelle dès les premières
minutes de la rencontre. L’attaquant brésilien manquait d’opportunisme,
heureusement pour les Messins. Ensuite, c’est par le côté
gauche de Jérémy Mathieu qu’allait venir le danger. Par
deux fois, le roux milieu de terrain parvenait à déborder et à
centrer en retrait. Mais ni Frau (8°) ni Zaïri (14°) ne réussissaient
à appuyer suffisamment sa frappe. Cette rencontre était partie
sur de bonnes bases et après un premier quart d’heure difficile
Metz mettait le nez à la fenêtre. Le remuant Renouard débordait
et centrait au premier poteau pour Geye. Le Sénégalais remettait
en retrait pour Maoulida qui, seul au point de penalty, dévissait sa
reprise. Après avoir laissé les Grenats s’exprimer pendant
quelques minutes, Sochaux reprenait sa domination. Mais cette fois, les hommes
de Guy Lacombe appuyaient plus leurs offensives et Ludovic Butelle fût
sérieusement sollicité à deux reprises. Le portier messin
sauvait les siens une première fois sur une frappe à bout portant
de Zaïri. Puis, c’est face à Isabey qu’il dut s’interposer.
Le petit milieu doubiste ne parvenait pas à catapulter au fond des filets
un centre de Frau. La pression diminuait lors du dernier quart d’heure
et les deux équipes rejoignaient les vestiaires sur un score nul et vierge
malgré une dernière très grosse opportunité pour
Sochaux. Un centre de Zaïri parvenait à Isabey qui tentait un retourné
acrobatique. Mal dégagé, le ballon revenait dans ses pieds mais le
poison franc-comptois manquait le coche. Metz pouvait accueillir le coup de
sifflet de Monsieur Colombo avec soulagement.

Dès le retour des vestiaires, Sochaux affirmait ses
ambitions. Le solide et non moins technique Zaïri posait énormément
de problèmes à l'arrière garde messine. Le Tunisien
se promenait aux vingt mètres et décochait une frappe que Butelle
repoussait comme il pouvait. Oruma, expert en la matière, apprécia
tellement qu’il s’essaya lui aussi à cet exercice, sans plus
de réussite. Comme ils n’y arrivaient pas tous seuls, les Lionceaux
allaient bénéficier d’un petit coup de pouce du destin.
Franck Béria tentait de dégager de la tête un centre tendu
d'Isabey mais le prolongeait dans ses propres filets (1-0, 50°). Après
avoir quelque peu accusé le coup, Metz semblait avoir envie de repartir
tandis que leur adversaire baissait le pied. La première titularisation
de Renouard était plutôt encourageante. Le jeune attaquant messin
glissait un ballon à Maoulida par dessus la défense doubiste mais
ce dernier plaçait sa volée du gauche au dessus. Quelques minutes
plus tard, le même duo se remettait à l’ouvrage. Maoulida
tombait cette fois sur l’autoritaire Richert. C’était la
dernière occasion pour l’ancien Rennais qui laissait sa place à
Hakim Saci. Dans le même temps, Jean Fernandez replaçait ses hommes
en 4-4-2 pour les vingt dernières minutes. L’entraîneur des
Grenats jouait ainsi son va-tout alors que les Sochaliens ne s’étaient
plus créés la moindre occasion depuis l’ouverture du score.
Metz prenait finalement le jeu à son compte et l’égalisation
était toute proche sur un coup de pied arrêté. Grégory
Proment enroulait sa frappe dans la lucarne mais la bête
noire du match aller, Teddy Richert, ressurgissait. A un quart d’heure de la fin, Pagis
remplaçait Frau. L’ancien Nimois n’allait pas tarder à
se mettre en valeur. Seul aux six mètres, celui-ci était néanmoins
contré par un excellent retour de Béria. Le score était
bien peu représentatif du nombre d’occasions que les deux équipes
se procuraient. Metz continuait d’espérer et un centre de Frutos
trouvait la tête de Gueye, malheureusement trop molle pour inquiéter
le gardien local. La fin de match voyait le ballon passer d’un but à
l’autre. Santos manquait de peu de doubler la mise. Metz continuait à
se battre mais les arrêts de jeu allaient décider de l’issue
du match. Sur une belle percée menée par Frutos, Franck Signorino centrait pour Babacar Gueye qui
s’envolait mais sa reprise de volée atterrissait sur le poteau
! Sur la contre-attaque, Mickaël Pagis achevait les Grenats en logeant
du pied gauche le ballon dans le petit filet des Grenats (2-0, 92°). Battus,
mais loin d’être ridicules, les Messins allaient saluer leurs supporters.
Il leur faudra afficher le même état d’esprit la semaine prochaine
face au Mans, pour une rencontre qui s’annonce décisive.

La feuille de match

Sochaux 2-0 Metz

Stade Bonal, Samedi 27 Mars

14373 spectateurs

Arbitre : Monsieur Colombo

Buts :

Sochaux : Béria (50°
csc), Pagis (91°)

Les équipes :

Sochaux : Richert – Tall,
Diawara, Paisley – Mathieu, Pedretti, Isabey (Lonfat 90°), Oruma - Zaïri (Raschke 60°), Santos,
Frau (Pagis 75°)

Metz : Butelle – Signorino,
Méniri, Borbiconi, Béria, Allegro (Frutos 67°) – Proment, Leca –
Gueye, Maoulida (Saci 67°), Renouard

A lire également

27mai2020

Boutique

À partir de ce mercredi 27 mai, et durant les prochains jours, la Boutique Officielle du FC Metz vous propose une offre exceptionnelle ! En effet, un...
Lire la suite

Web TV

27/05/2020 Le Zapping des Grenats : saison 2, épisode 4 ! Toutes les vidéos
Lire la suite

20mai2020

Web TV

20/05/2020 C'était un 20 mai... face à Sochaux ! Toutes les vidéos
Lire la suite