Réservez votre place pour Metz - Amiens !

Saison 2000/2001 : la der de Sylvain

20 mai 2001, dernier match de la saison. Metz rapidement orphelin de Sylvain Kastendeuch qui dispute son dernier match et sorti sur blessure met fin à une saison éprouvante en battant les Girondins de Bordeaux, en course pour l'Europe,sur le score logique de 2 à 0.
Partager cet article :

Metz orphelin mais conquérant



Autant le dire tout de suite, la fête n'a pas été complète ce soir, malgré la belle et probante victoire messine (2-0). La raison en est simple : pour son dernier match en D1, Sylvain Kastendeuch, violemment touché au visage par un ballon dès la septième minute, a terminé la soirée à l'hôpital, victime d'un traumatisme crânien.



L'enjeu est simple. Bordeaux doit gagner à Saint-Symphorien pour assurer une troisième place, synonyme de tour préliminaire de la Ligue des champions. Pour Metz, assuré du maintien depuis deux journées, ce match se veut avant tout une fête pour le 577ème et dernier match de Sylvain Kastendeuch, 37 ans, son capitaine emblématique.



Dans un stade Saint Symphorien qui une fois encore a fait le plein, c'est le jeune Tressor Moreno - préféré à Jonathan Jager - qui plante la première attaque. Une tête du haut du crane, sur un corner de Frédéric Meyrieu, que Ulrich Ramé capte bien (3ème). Mais quelques minutes plus tard, c'est le coup de théâtre et un silence de mort envahit les tribunes.

Sur une frappe de Jérôme Bonissel, Sylvain Kastendeuch, prend le ballon en pleine face. Le Lorrain s'écroule et s'affale inerte, d'une masse. Sonné comme un boxeur KO, livide et inconscient, il est évacué sur une civière.

Triste scénario digne d'une mauvaise série B pour l'un des grands "monsieur" du football français !

Cet incident marque les esprits et les vingt-deux acteurs sombrent dans une certaine léthargie. A la 23ème minute, Tressor Moreno repique au centre, frappe, mais Ulrich Ramé se couche bien.

Sur la relance, Christophe Dugarry, parti seul, se retrouve face à Faryd Mondragon, sorti à sa rencontre à 30 mètres de son but, côté gauche. Le Colombien rate le ballon et "Duga" peut alors tenter une frappe directe. Largement au-dessus. Premier avertissement pour les Grenats : Bordeaux sera bien mieux qu'un faire-valoir ce soir.

Metz réagit et continue de marquer cette première mi-temps de son emprise : Frédéric Meyrieu trouve le cadre mais aussi un Ulrich Ramé bien placé (27ème).

Peu avant la mi-temps, Tressor Moreno est bousculé par François Grenet dans la surface mais l'arbitre, Monsieur Bré ne bronche pas. Pourtant la faute est flagrante. D'ailleurs, l'homme en noir ne sort pas de carton jaune - pour simulation - contre le jeune Colombien ! Dans la foulée, Alain Roche, sonné, rejoint Kastendeuch aux vestiaires sur une civière, suite à un choc avec son gardien.

Pendant ce temps, on apprend via le speaker officiel que Sylvain Kastendeuch est revenu à lui, mais les spectateurs de la Tribune Sud et Ouest ont remarqué cette ambulance escorté de motards qui quitte St Symphorien : le staff médical a préféré le faire transporter à l'hôpital, afin de faire réaliser un scanner.



A la reprise Metz continue de marquer son emprise sur le match, notamment en milieu de terrain. C'est donc tout à fait logiquement que les hommes d'Albert Cartier ouvrent le score. Tressor Moreno, sert son complice Gérald Baticle bien démarqué. Le "Monsieur but" du FC Metz, des 18 mètres, fusille Ramé et inscrit son quinzième but de la saison (1-0, 54ème).

Les Girondins se doivent bien évidemment de réagir pour rester maître de leur destin. Elie Baup fait entrer Lilian Laslande (59ème) afin de dynamiter le rideau défensif messin. Dans les minutes qui suivent Bordeaux marque mais le but est refusé: sur une frappe de Marc Wilmots, Faryd Mandragon repousse et Pauleta, en embuscade, pousse le ballon dans les cages messines. Mais M. Bré refuse le but pour un hors jeu du joueur portugais. Tout comme le penalty refusé, nous ne serons pas aussi catégorique que Monsieur Bré sur ce coup là !

On entre dans le dernier quart d'heure lorsque Pauleta frappe en force sur coup franc. Mondragon repousse des deux poings. Pauleta récidive : une belle reprise de volée aux 18 mètres passe juste au dessus du but messin. Et alors qu'on se dirige vers une courte mais logique victoire messine, survient encore un nouvel événement inattendu dans cette rencontre : certains supporters messins pressés d'acclamer leurs idoles, commencent à envahir le terrain alors qu'il ne reste plus que cinq minutes de jeu !

C'est la confusion mais les stadiers (épaulés pour l'occasion par Baticle, Espartero et Meyrieu) arrivent tant bien que mal à repousser les "envahisseurs". Le match est interrompu cinq minutes. A la reprise Jonathan Jager crucifie les Girondins sur un contre en solo de 45 mètres terminé par une belle frappe des 16 mètres
(2-0, 90ème).

Saint Symphorien exulte, la Ola est lancée, le terrain est enfin envahit quelques minutes, puis dégagé, le temps de tirer un feu d'artifice suivi par 26000 paires d'yeux écarquillés.



Le calme revient mais pas pour longtemps, les joueurs communient déjà avec les supporters depuis la corbeille officielle. Les scores des autres rencontres tombent un à un. le score de Bastia - Toulouse, déchaîne des cris de joie, Faryd Mondragon "chambreur" (il n'a pas oublié le traitement reçu dans la ville rose la semaine dernière) lance la "chorale" messine. Les maillots, les T-shirts, les chaussures et même les shorts volent en direction de la foule qui scande le prénom de son valeureux capitaine, hospitalisé à 500 mètres de là. Peut-être que, de sa fenêtre ouverte, en observation sur son lit d'hôpital, Sylvain a entendu les clameurs à sa gloire montées de toutes ces poitrines ? Qui sait ?



Championnat de France de D1, 20 mai 2001, Stade Saint Symphorien, Metz bat
Bordeaux 2-0 (mi-temps 0-0)



25468 spectateurs

Arbitre :
M.Bré

Les buts :

Baticle (54ème)

Jager (90ème)

Avertissements :

FC Metz :

Régis (51ème)

Jager (76ème)

Girondins de Bordeaux :

Smertin (29ème)

Legwinski (61ème)

Les équipes :

FC Metz : Mondragon, Toyes, Kastendeuch (cap.) (Bah, 7ème), Régis, Gaillot (Leca, 80ème), Espartero, Proment, Van Handenhoven, Meyrieu, Baticle, Moreno (Jager, 66ème).
Entraîneur : Albert Cartier.

Girondins de Bordeaux : Ramé, Grenet, Roche (Afanou, 45ème), Sommeil, Smertin, Bonnissel (Jemmali, 80ème), Legwinski, Batlles (Laslande 59ème), Wilmots, Dugarry (cap.), Pauleta.
Entraîneur : Elie Baup.

A lire également

19sep2019

Coupe de la Ligue

Ce jeudi soir, le tirage au sort des 1/16ème de finale de la Coupe de la Ligue BKT a été effectué. Pour son entrée en lice dans cette épreuve, le FC...
Lire la suite

Actualités

Ce vendredi, les Grenats s'entraîneront dans l'après-midi. En revanche, à la veille de la réception de l'Amiens SC, la séance du jour se déroulera à...
Lire la suite

Programmation TV

La LFP a communiqué ce jeudi 19 septembre la programmation TV de la 10ème journée de Ligue 1 Conforama. Les Grenats affronteront le FC Nantes, le...
Lire la suite