Ne pas rester au point Maure

Après un début de saison un peu poussif (élimination prématurée en coupe Intertoto et un petit point en trois rencontres), Bastia est passé à la vitesse supérieure pour aller chercher la victoire chez le champion en titre Nantais et se défaire ensuite des Marseillais à Furiani. En pleine confiance, les corses viendront à Metz pour prendre les trois points.
Partager cet article :

Jusque là réputé pour son calme et sa pérennité, le Sporting Club de Bastia aura
connu une des intersaisons les plus mouvementées de son histoire. Pas moins d'une
dizaine d'arrivées pour autant de départs auront animés l'été corse.

Difficile pour les dirigeants du club à la tête de maure de trouver un remplaçant
à un entraîneur aussi charismatique que Frédéric Antonetti. Pourtant la venue
de Robert Nouzaret semble marquer une volonté de continuité. Partageant les mêmes
valeurs, passionné par son métier et tout aussi fort en gueule que son prédécesseur,
l'ancien coach de Toulouse était sûrement le successeur idéal.



Mais ne comptez par sur Robert Nouzaret pour faire dans l'immobilisme. Le natif
de marseille tient à marquer son passage sur l'île de beauté de son empreinte.
Oublié le 5-3-2 cher à Frédéric Antonetti et place à un 4-4-2 dans lequel évoluaient
déjà St Etienne et Toulouse sous l'ère Nouzaret.

Révolution aussi dans l'effectif où plusieurs piliers du Sporting des précédentes
saisons ont été priés de plier bagage. L'emblématique gardien Eric Durand s'est
ainsi envolé pour Rennes afin de laisser placer au jeune gardien de l'équipe de
France des moins de 20 ans Nicolas Penneteau.

Exit aussi Laurent Casanova, Patrick Valery et Yann Lachuer qui ont fait les belles
heures du stade Armand Cesari de Furiani. Robert Nouzaret a préféré donner sa
confiance à des " exilés " (Anther Yahia et Bernard Lambourde), d'anciens Toulousains
(Reynald Pedros et Nicolas Dieuze) et des Auxerrois (Pierre Deblock et Cyril Jeunechamp).


A n'en pas douter, Robert Nouzaret aurait souhaité conserver la si prolifique
paire d'attaque Frédéric Née / Pierre-Yves André. Mais les deux buteurs ont préféré
passer à l'échelon supérieur et disputer la prestigieuse Ligue des Champions en
rejoignant respectivement Lyon et Nantes.



La venue en prêt de Tony Vairelles arrive donc à point nommée. L'ancien joueur
de l'ASNL est associé en pointe à Nicolas Dieuze pour donner le tournis aux défenseurs
adverses.

Ce tandem est épaulé par deux milieux offensifs excentrés que sont Pierre Deblock
(à droite) et Patrick Beneforti (à gauche). Ce pur produit du centre de formation
réalise d'ailleurs un début de saison exemplaire avec deux buts à son compteur
et s'attribut tout doucement une place de titulaire.

Dans l'axe du milieu bastiais on retrouve Michaël Essien et Cyril Jeunechamp, qui
révèle au grand public ses qualités d'organisation du jeu.

Peu de changements depuis le début de saison dans la défense insulaire : Morlaye
Soumah et Bernard Lambourde couvrent l'axe tandis que Demetrius Ferreira et Christophe
Deguerville patrouillent sur les côtés.



Incontestablement la formation bastiaise monte en puissance et reste sur deux
sorties victorieuses. En s'appuyant sur deux lignes fortes (milieu et défense)
et un jeu à plat, le bloc bastiais sera difficile à percer par les joueurs messins.


La défense en ligne telle que la joue les hommes de Robert Nouzaret montrera peut
être ses limites.

Voilà pour l'adversaire.

Côté grenat, trois questions sont en suspens : qui évoluera côté gauche, quel sera le duo d'attaque pour débuter la rencontre, et enfin (plus anecdotique) qui portera le brassard samedi soir en l'absence de Frédéric Meyrieu ?

En l'absence de Schumann Bah blessé (psoas gauche) et de Philippe Gaillot (enfin rétabli et qui jouera avec la CFA), David Régis et Patrick Moreau seront très certainement appelés. "Si David Régis (NDLR : de retour de sélection US) s'estime prêt, il pourra débuter" déclarait Albert Cartier vendredi midi, avant d'ajouter : " Patrick Moreau s'est formidablement intégré au groupe, grâce à Geoffray Toyes. Ils ont le même profil, ils ne parlent pas beaucoup, mais ce sont des garçons efficaces sur lesquels on peut compter".

Qu'en sera-t-il sur l'animation de l'équipe messine en l'absence de Frédéric Meyrieu? Ludovic Asuar en concurrence avec Oumar Sané sera bien à la baguette, Albert Cartier accordant sa préférence au talentueux marseillais :"son état d'esprit est remarquable, il a montré de très belles choses à Lugano, Ludo est en forme".

En attaque, Hassli devrait débuter, alors que Baticle et Moreno semblent se disputer la deuxième place au sein de l'attaque messine.

Enfin au petit jeu des pronostics, le capitanat pourrait bien revenir à Geoffray Toyes ou à Gérald Baticle. La réponse viendrait-elle d'Albert Cartier ? : "vous en avez un de bon, je vais en discuter cet après-midi (NDLR : lire vendredi) avec deux garçons".



Verra-t-on justement le 4-3-1-2 testé avec succès en Suisse contre Lugano ? La réponse du coach grenat est en pointillés : "de toute façon, chaque système évolue en cours de match, ce qui compte est de redonner la priorité au jeu. L'adversaire à battre ce sont bien les 11 compétiteurs avec un maillot de couleur différente, et non pas les quatre arbitres !".



Le message est clair et est entendu : L'équipe messine ne doit pas perdre de vue ses priorités face à cette équipe corse "bien en place qui bloque les espaces afin de sortir très vite". Ne pas fuir ses responsabilités et ne pas se disperser, tel est le mot d'ordre !



La venue de Bastia l'an dernier à Saint Symphorien était synonyme de première victoire de l'ère Cartier. "A Metz oui (NDLR : victoire 3-2) , pas à Bastia (NDLR : défaite 4-1 en Coupe ) ! Mais ce sont deux saisons différentes", note l'intéressé avec humour. Deux saisons différentes certes, mais un résultat identique est espéré samedi soir par tout un groupe et l'ensemble du bon peuple grenat !



Le groupe messin :



Ludovic Asuar, Gérald Baticle, Ludovic Butelle, Mario Espartero, Eric Hassli, Jonathan Jager, Grégory Leca, Tressor Moreno, Pascal Pierre, Grégory Proment, David Régis, Jacques Songo'o, Geoffray Toyes, Gunter Van Handenhoven, Patrick Moreau, Stéphane Morisot.



Equipe probable :



Jacques Songo'o - David Régis, Patrick Moreau, Grégory Proment, Geoffray Toyes, Pascal Pierre - Gunter Van Handehoven, Mario Espartero ou Stéphane Morisot, Ludovic Asuar - Eric Hassli - Tressor Moreno ou Gérald Baticle.


A lire également

14sep2019

Le Match

À l'issue de cette première trêve internationale de la saison, les Grenats foulaient à nouveau les terrains de Ligue 1 Conforama. Pour cette 5ème...
Lire la suite

Adversaire

40 ans d’invincibilité Dans l’histoire du championnat, il faut remonter quarante ans en arrière pour retrouver une victoire du FC Metz en terres...
Lire la suite