Réabonnement : top départ !

Lille, une équipe unique

Grande révélation de la saison passée pour sa remontée en première division, le LOSC n’en finit plus de surprendre. Encore invaincus après onze journées de championnat, les nordistes réalisent un parcours sans fautes. En continuant à ce rythme, le titre de champion devrait être à portée de crampons.
Partager cet article :


Non contents de jouer les troubles fêtes dans l'hexagone, les hommes de Vahid
Halilhodzic se frottent désormais aux grands d'Europe. Et avec brio s'il vous
plaît !

A l'image de cette victoire sur Parme qui leur a ouvert la voie royale vers la
Ligue des Champions. Ou encore à celle de ces matches héroïques livrés face à
La Corogne, actuel leader de la Liga, ou face au Manchester United de David Beckham.
L'appétit des Dogues semble sans fin.



Le sorcier Bosniaque aura réussi à créer l'union sacrée autour de lui. La notion
de "titulaire indiscutable" n'existe pas au LOSC, ainsi chaque joueur a à coeur
de faire une grosse prestation pour continuer à honorer le maillot rouge et bleu.
Une méthode qui porte ses fruits puisque des garçons presque anonymes se muent
en véritables guerriers.

Ainsi le portier Grégory Wimbée, plutôt fade lors de sa période nancéienne, semble
avoir été revigoré par l'air du Nord. Impressionnant de sérénité,
le "grand" comme le surnomment ses coéquipiers, est désormais respecté pour sa
maturité et la densité de son registre.

Animés d'une formidable ténacité, les Dogues ne lâchent aucun ballon à leurs adversaires
avant le coup de sifflet final. Et cela paye, avec un nombre record de victoires
acquises dans les arrêts de jeu. Vahid Halilhodzic est le premier surpris de ces
scénarios à rebondissement : " J'ai regardé beaucoup de films de Hitchcock et
même si je ne suis pas Hitchcock, ici chaque match est Hitchcockien ". Il faut
manifestement avoir le coeur bien accroché pour supporter le LOSC !



En se dispersant entre la Ligue des Champions et le championnat de France, on
pouvait présumer que les Lillois se relâcheraient, usés par ce rythme infernal.
Que nenni ! Mardi dernier, encore, au stade du Riazor contre la Corogne, les coéquipiers
de Fernando d'Amico se sont battus sans relâche pour tenter de décrocher leur
victoire. Une belle démonstration de culot face à l'une des formations les plus
redoutables du moment.



Contre Metz, la formation lilloise devrait se présenter dans un système de jeu
en 4-4-2. Pascal Cygan pourrait faire son retour dans la charnière centrale, tandis
que Johnny Ecker prendrait en charge le couloir gauche.

Devant eux, on devrait retrouver les deux infatigables récupérateurs que sont
Fernando d'Amico et Sylvain N'Diaye. S'ils ont récupéré de leur voyage en Galice,
Bruno Cheyrou et Christophe Landrin tenteront d'alimenter le duo offensif.

Bakari et Olufadé blessés, il ne reste plus que la légion étrangère
(Bassir, Beck et Sterjovski) pour composer l'attaque du LOSC.



Coté messin, Albert Cartier devra se passer de David Régis suspendu, et de Frédéric
Meyrieu, blessé. Si Patrick Moreau devrait faire, sauf surprise, son retour aux
côtés de Geoffray Toyes, on peut se demander pour quel système optera le coach
messin pour palier à l'absence de son meneur de jeu. Probablement la titularisation
d'Alexandre Frutos ou d'Oumar Sané, deux autres milieux à tendance offensive.
A moins que Tressor Moreno (ou Gérald Baticle) ne redescende d'un cran.



Réponse samedi soir sur la pelouse du stade Grimonprez-Jooris où le FC Metz tentera
coûte que coûte de ne pas rentrer bredouille pour raccrocher au ventre mou du
championnat.

A lire également

26sep2020

Le Match

Une semaine après son premier succès de la saison, face au Stade de Reims (2-1), le FC Metz poursuivait son début de saison face à des adversaires...
Lire la suite

25sep2020

Web TV

25/09/2020 Farid Boulaya : "Rendre la confiance qu'on m'accorde" Toutes les vidéos
Lire la suite