6e forum de l'emploi !

Défier la logique !

Le sprint final est lancé. Il reste encore huit rencontres aux Lensois pour convaincre les observateurs les plus sceptiques qu’ils méritent leur couronne de champion de France. En ballottage favorable, les Sangs et Or devraient décrocher, sauf surprise, leur deuxième titre national en moins de cinq ans.
Partager cet article :

Habillés du costume de leader depuis le mois d'octobre, les protégés de Joël Muller
comptent encore un marge confortable de cinq points d'avance et un match en retard
sur Lyon, leur premier poursuivant.

Loin de crier victoire, le coach artésien garde certainement en mémoire la saison
1997/1998 qui avait consacré son nouveau club aux dépends du FC Metz, pourtant
en haut de l'affiche presque toute la saison.

Pour prendre le large, une victoire face à un FC Metz dos au mur est devenue capitale.
Un sacré coup du destin pour Joël Muller et son adjoint Michel Ettorre qui ont
gardé beaucoup d'attaches dans la région messine et leur club de coeur. Nul doute
que ces deux anciens de la maison grenat auraient préféré assurer leurs arrières
plus tôt, en se passant notamment de quelques faux-pas dans leur antre de Félix
Bollaert.

Depuis le coup d'envoi du championnat fin juillet, le Racing n'aura jamais vraiment
connu de passage à vide. Certes beaucoup de ces victoires n'ont pas tenu à grand
chose et la fameuse "chance du champion" aura souvent fait basculé des rencontres
indécises à la faveur des nordistes.

Insolents de réussites, Gérald Baticle et les siens ne le sont pas. Pour preuve
leur dernière sortie face à un Bordeaux bien pâle. Après avoir cru tenir la rencontre
pendant plus d'une heure, les Messins se sont écroulés pour rentrer au vestiaire
la tête basse.

Un monde semble ainsi séparer les deux formations qui s'affronteront aujourd'hui
dans le nord de la France. On se demande comment la rencontre pourrait échapper
aux Lensois. Mais, les Grenats ne sont jamais aussi bons que lorsque l'on ne les
attend pas. Lyon, Nantes et Auxerre pourront le confirmer.



Diop (non qualifié) et Coly (suspendu) seront les deux seuls absents de choix
du côté Lensois au coup d'envoi de la rencontre.

Absent du voyage à Montpellier pour préserver un dos douloureux, Jean-Guy Wallemme
devrait retrouver son poste de libéro. Ismaël, Bak et Blanchard tenteront de verrouiller
la surface de réparation de Guillaume Warmuz. Les couloirs seront pris en charge
par Djimi Traoré (à gauche) et Eric Sikora (à droite).

Enfin Stéphane Pedron et Charles-Edouard Corridon se chargeront d'alimenter en
ballons le tandem offensif Moreira/Diouf.



De son côté, Gilbert Gress devra se passer des services de Grégory Proment, suspendu,
tandis que Jonathan Jager est forfait. Manu Adebayor fera ainsi son retour dans le groupe tout comme Aimen Demai et Schuman Bah. Joseph Désiré Job et Sergueï Skachenko ne seront pas du voyage dans le nord puisque non qualifiés pour la rencontre qui devait initialement se tenir le 5 janvier. Une seule véritable incertitude : Baticle sera-t-il seul en pointe (Adébayor étant le seul attaquant en "réserve") ? Auquel cas Bah ferait sa rentrée et Leca intégrerait le milieu de terrain.

Les équipes probables :

RCLens : Warmuz, Sikora, Wallemme, Bak, Ismaël,
Traoré, Blanchard, Coridon ou Sibierski, Pédron, Diouf, Moreira.

Remplaçants : Coulibaly, Rodriguez, Sarr, Sibierski ou Coridon, Chabbert.



FC Metz : Songo'o, Pierre, Toyes, Morisot, Régis,
Signorino, Bastien, Leca, Meyrieu, Bah ou Adébayor, Baticle.

Remplaçants : Adébayor ou Bah, Moreau, Marchal, Demai, Butelle.

A lire également

25jan2020

Le Match

Et si c'était le moment idéal pour confirmer et démarrer une série ? Quinze jours après le premier succès de l'année, à domicile, face au RC...
Lire la suite

24jan2020

Web TV

24/01/2020 Fabien Centonze : "J'aimerais être plus décisif" Toutes les vidéos
Lire la suite