2000/2001 : Guingamp - Metz

L'an passé le déplacement à Guingamp clôturait un triptyque infernal de huit jours : réception de Nantes, déplacement à Strasbourg et à Guingamp. A l'issue de cette rencontre remportée 3-1 par les grenats, Metz n'était mathématiquement plus qu'à un tout petit point du maintien, assuré la semaine suivante contre l'OM à Saint-Symphorien.
Partager cet article :

Pari gagné!



Les guingampais, qui demeuraient sur trois défaites consécutives au stade du Roudourou, se sont à nouveau inclinés, devant une équipe messine qui a marqué la deuxième période de son empreinte pour enlever le gain du match (3-1).



Ce match ne restera pas dans les annales, surtout la première mi-temps, mais l'essentiel est fait, les grenats ont obtenu 3 points précieux et ont clôt en beauté le dangereux triptyque Nantes, Strasbourg, Guingamp, bouclé en 8 jours..



La première mi-temps commençait timidement : une frappe d'Oyawolé (préféré à Jager) à la 4ème minute, une reprise de Fiorèse une minute plus tard, un coup-franc de Meyrieu (19ème) auquel répondait Carnot (29ème), la première demi-heure était bien terne. Metz gérait son match et se contentait d'attendre (trois matches en une semaine cela laisse forcément des traces), alors que Guingamp pêchait au niveau collectif et "balançait" énormément de ballons devant sans construire. Les grenats tentaient quant à eux de jouer dans un plus petit périmètre en passes courtes. Dominés
territorialement, les guingampais ouvraient la marque sur la seule véritable occasion dangereuse, grâce à Fiorèse qui trouvait le chemin des filets facilement suite à un tir de Rodriguez repoussé pourtant par Faryd Mondragon
(1-0 35ème).



A la reprise, Guingamp baissait progressivement pavillon, Metz plus réaliste, plus direct dans sa dernière passe qu'en première période, en profitait pour égaliser par l'inévitable Gérald Baticle, exploitant un premier service de Jager, qui avait échoué sur Loussouarn
(1-1 64ème); mais que dire de la chevauchée de Mario Espartero parti de son propre camp qui avait lancé le jeune attaquant messin ! Splendide !

Le match dégénérait ensuite avec deux exclusions, celles du guingampais Kouassi à cause d'un coup de pied au visage sur Meyrieu (68ème), puis du Messin Van Handenhoven (77ème), pour un deuxième avertissement, totalement immérité puisque que le jeune Belge se voyait attribuer une faute sur Ferrier commise en réalité par Pascal Pierre. Confondre Gunter et Pascal, alors que l'action s'est passée sous les yeux de l'arbitre central et de son assistant, il y a de quoi en rire, malheureusement GVH en payera les frais par une suspension ! Un nouveau match commençait, Guingamp perdait pied et cédait à l'énervement, dans ce contexte les messins étaient les plus solides et allaient inscrire deux magnifiques buts, par Baticle qui reprenait un centre de Meyrieu
(2-1 83ème)
, et par ce même Meyrieu qui exploitait facilement un service parfait de Pascal Pierre de la droite, dans le temps
additionnel (3-1 91ème). Grâce à cette victoire, Metz n'est plus - mathématiquement - qu'à un tout petit point du maintien !



Les équipes:



EA Guingamp : Loussouarn - Bourdeau, Kouassi, Fournier, Ferrier - C. Michel, Baret, Deplace, Carnot - Fiorese, Rodriguez



FC Metz : Mondragon - Pierre, Toyes, Régis, Proment, Gaillot - Espartero, Van Handenhoven, Meyrieu - Oyawolé, Baticle

A lire également

14sep2019

Le Match

À l'issue de cette première trêve internationale de la saison, les Grenats foulaient à nouveau les terrains de Ligue 1 Conforama. Pour cette 5ème...
Lire la suite

Adversaire

40 ans d’invincibilité Dans l’histoire du championnat, il faut remonter quarante ans en arrière pour retrouver une victoire du FC Metz en terres...
Lire la suite